JP-18 : Trois temples et un Buddha

Picture-455_205x307
Ce matin on a pris notre courage à deux main (Mulder) et on s'est levé tôt. Très tôt! Aux aurores même, avant que le coq ne chante et tout! A 10h du matin messieurs dames! Rien de moins que ça! Eh ouais on est comme ça nous, on fait pas les choses à moitié. Ce réveil spéctaculaire (n'ayons pas peur des mots) nous à donc permis d'arriver vers 12h à Kamakura, une jolie petite ville à 1h de Tokyo, où l'on trouve de très jolis temples. Nous avons pû voir Engaku-ji, Tokei-ji et Kencho-ji. Le premier était modeste de par la taille de ses constructions mais très agréable pour se promener. Quelques batiments, un cimetière, des allées bordées de bambous, le tout à flanc de montagne. La végétation y était assez dense et mise en valeur par la bruine, qui donnait à l'endroit un petit quelque chose de très nature, sauvage, voir mystérieux. Pour moi c'était un peu comme me promener dans l'image du japon qui était dans ma tête avant de venir, comme dans un film. Mon préféré des trois temples.

Kamakura_550x200
Le second temple était plutôt un jarin en fait, des fleurs en fleuraison, de petit autels dédiés à quelques déités boudhistes, des arbustes de formes variées que je n'ai pas su reconnaitre. Rien d'exceptionnel mais la balade n'en à pas moins été agréable. Au passage Thomas a découvert le mode macro de son appareil : "Ouahhhh putain ça déchire".Le troisième temple était plus grand, avec des batiments bien plus imposants, plus nombreux aussi, et pour une fois, encore en service! On a pû y croiser quelques moines vaquant à leurs occupations mais bien trop timides pour qu'on puisse les prendre en photo! Le jardin à l'arrière du dernier temple était vraiment beau.

Picture-480_205x137
Après ça on a vite sauté dans un taxi pour aller voir le grand buddha de Kamakura. Sympa sympa, mais c'est vraiment une tapette à coté de celui de Nara. Cyril est rentré du boulot vers 21h45 (Unglaublisch!), on en a donc profité pour aller manger dans un resto de sa rue dénomé "La cuisine Japonaise" (en français dans le texte), où l'on peut retrouver Rémy Combe au fourneaux qui fait frire du poisson. Super rare au Japon le poisson pas cru... Ce fut bien bon!