JP-19 : Hakone bien dans un onsen

Picture-497_205x307
Je recommence pas mon pamphlet d'hier mais on a encore plus bardé aujourd'hui : debout à 8h30! Truc de malade. En vacances quoi. Même quand je bosse je me lève pas aussi tôt! En compagnie de Thomas nous sommes donc partis en direction d'Hakone, une ville au sud est de Tokyo célèbre pour ses onsens et son cassoulet au saumon (bon ok c'est pas vrai pour la cassoulet je me suis grillé). A partir d'Hakone on peut rejoindre le somment d'un volcan, duquel on a une magnifique vue sur le mont Fuji (en théorie). Par contre pour y arriver c'est la croix et la banière : ascension en train dans la montagne puis funiculaire puis téléphérique puis tyrolienne puis radeau en bois sur un lac de souffre puis traverser un torrent de lave en fusion sur des rochers qui dérivent. Le tout avec un boulet accroché à votre unique jambe, avec une meute de loups et un percepteur d'impôts à vos trousses, en écoutant Françis Lalane (Dédicace à Guldan). Bref la galère! Arrivé en haut, 1h30 et 2000 Yens plus tard, on peut donc apprécier la vue sur le mont Fuji. Euh non. En fait pas du tout.

Onsen_550x250
On peut surtout apprécier qu'on est en plein dans un nuage et qu'on voit pas à 10 mètres devant soit. C'est là qu'il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur et se tourner vers l'autre centre d'intérêt du site, les fumeroles et les sources thermales. Quand j'ai lu ça dans le guide je me voyais déjà dans Ushuaia avec Nicolas Hulot entrain de descendre dans un cratère d'un volcan et tout. En fait c'était un beau parcours bien bétonné, avec des barrières, des petits panneaux pour qu'on fasse gaffe au escaliers et environ 500 autres touristes qui ont eu la même idée. Bon je râle je râle mais l'endroit était plutôt sympa à voir. Ça sentait bien le souffre et les bassins étaient à 80°C, impressionnant. J'avais jamais été sur un volcan auparavant, même si c'était méga balisé ça m'a bien plût.

Picture-496_307x205
De retour à Hakone on est donc aller tremper nos fesses velues d'européens (surtout les miennes) dans un onsen recommandé par nos guides. C'était vraiment excellent. Tout le monde tout nu, les garçons et les filles chacun de leur coté (quel dommage). Avant de rentrer dans les bassins il faut bien être tout propre pour pas salir l'eau bienfaisante. Donc tu te retrouves tout nu à te laver à la mode japonaise avec plein de japonais qui se frottent joyeusement le derrière! Le principe c'est de s'assoir sur un petit tabouret (genre 20 cm de haut) avec un petit seau que l'on rempli d'eau pour se rincer (pas de douche). On s'est surpris avec Thomas à papoter tranquillement tout en nous lavant l'un à coté de l'autre. On peut dire que ça change de l'ordinaire!

Le onsen, c'est un ensemble de bassins, certains intérieur, d'autres dehors qui sont remplis d'eau thermale à diverses températures. Je pense que ça va de 10-15°C pour le plus froid à 40-45°C pour le plus chaud. J'exagère pas je vous assure. Le plus chaud c'était vraiment un truc de malade. On a commencé par un bassin tranquillou, après on a fait les cons. Sauna, puis bassin froid, puis bassin brulant, puis rebassin froid. En sortant pour la seconde fois du bassin froid j'étais tout cotonneux, tout mou, tout zen, j'avais du mal à pas tomber en marchant sur ces rochers (ouais parce que les bassins sont taillés dans des rochers). Après ça un petit lavage, séchage, et nous revoilà repartis, tout beaux tout neufs! Retour à Tokyo dans le "Romance car", le nom du train, où j'ai dormi comme un bébé.

Puricura_310x239
En arrivant chez Cyril, il était déjà rentré! Bon en même temps il était 21h30... On est parti manger un énorme plateau de sushis pour 4 personnes. Je déconseille au passage le sushi à l'oursin, j'étais à 2 doigts de le recracher. Ensuite on est allé se faire un purikura dans le quartier des putes à coté de chez Cyril. Un purikura c'est un photomaton kawaï (Thomas dirait kitch) où l'on rentre à plusieurs. Une fois la photo prise on peut dessiner dessus des petits truc mignons. Le résultat est ... rose. On a enchainé avec un karaoke où l'on a croisé LE groupe de shibouyettes de la mort. Genre 15 nanas habillées, maquillées et coiffées toutes pareilles, complètement fashion et tout en cuisse. En fait c'était le staff du 109, LE magasin de fringues de Shibuya (là où ça se passe dixit Cyril), qui se faisait une petite sortie. On a vraiment, vraiment regretté de ne pas avoir nos appareils photos...