JP-5 : Un temps de daim

Picture-287_273x410
Aujourd'hui on a un peu plus bardé pour le réveil, à 10h on était tous dehors, nos sacs sur le dos, kimono dedans (enfin juste pour moi). On est partis pour Nara manger des yaki-soban (nouilles grillées) et rendre visite à nos amis les daims, messagers des dieux. Le seul souci c'est qu'il a fait un vrai temps de cochon toute la journée! La balade avec les pieds mouillés, le parapluie dans une main et l'appareil dans l'autre, c'est bof bof. Cela dit on a pris notre courage à deux mains (Mulder) car d'après le guide ça valait la peine et en fait ... oui, ça valait là peine! La promenade nous a emmené dans un petit parc où les biches, cerfs et autres cervidés viennent attaquer les touristes pour leur réclamer des biscuits. Faut vachement faire gaffe d'ailleurs ils ont tendance à venir de derrière et te lancer un vieux low kick pour te faire tomber et fouiller dans ton sac! Comme ils sont accros aux "deer biscuits" ils se comportent mal pour en avoir (caractéristique commune aux gens accros, comprendra qui pourra). Enfin bref. Les allées du parc étaient bordées de petites "boites/maisonnettes" en pierre prévues pour accueillir une bougie. Il y a deux dates dans l'année où les lanternes sont allumée et j'imagine que ça doit vraiment être magnifique vu le nombre de lanternes qu'il y avait. Même sans, j'ai trouvé ça vraiment très joli. Ensuite on a été voir le plus grand Bouddha du Japon (et un des plus gros du mooooonde!) qui est hébergé dans le plus grand le plus grand bâtiment en bois du monde (dédicace à Berlu, t'aurais kiffé), que des superlatifs quoi! Je dois avouer que j'ai été bluffé, c'est vraiment très très grand! Sur le chemin du retour on a retrouvé nos sacs que l'on avait mis en consigne à la gare d'Osaka.

Picture-290_256x171
Là je suis posé sur un banc de la station de bus car on doit prendre un bus de nuit pour Tokyo. Le souci c'est que l'on pensait que l'on pouvait retirer les tickets à un distributeur à partir de la réservation. En fait non, on devait imprimer nos tickets avant. Du coup on ne pourra rentrer dans le bus que si il y a des places de dispos. Le truc bien classe. Là où ça me sidère c'est qu'en fait on à déjà payé les tickets. Mais ces putains de Japonais sont tellement procéduriers qu'ils sont capable de nous laisser sur place pour vice de forme. La discipline a du bon mais des fois ça saoule quand même.