Maroc J7 - Cheval et dromadaire

Encore une journée tranquille. On a délaissé la terrasse de l'hôtel pour aller prendre notre petit déjeuné chez Driss, la plus vieille pâtisserie d'Essaouira. La cour intérieure, ombragée à souhait, est un vrai bonheur. Le service laisse un peu à désirer en revanche. De plus, à l'heure à laquelle on y était, ils n'avaient plus grand chose à nous servir. Ce fut donc pain grillé beurré pour tout le monde!

Maroc_j7-1_550x367
On s'est ensuite dirigé vers la plage, où nous avons été abordé par chamelier de profession, nous ventant ses services. Personnellement, j'avais très envie d'une balade à cheval. La dernière en date remonte au Mexique, et m'avait laissé un excellent souvenir. On a donc accepté. Michelle elle, a opté pour une balade à dromadaire. La promenade a duré d'une heure, le long de la plage. Mon cheval, Silver, était une vraie teigne. Impossible de le diriger comme je voulais, et surtout, de le faire revenir sur ses pas. Il connaissait le tour qu'il avait à me faire faire, et ne voulait pas en donner d'avantage. J'avoue, je ne suis pas un super cavalier, mais je n'avais vraiment pas eu de mal avec les chevaux au Mexique, qui s'étaient montrés bien plus dociles. Dans le cas présent, c'était une autre paire de manches. Quoi qu'il en soit, Silver avait très envie de retourner au camp de base, vu l'allure à laquelle on est rentré! C'était un vrai bonheur de galoper sur le sable, le long des vagues. Décidément, j'adore cette sensation! Je devrais faire du cheval plus souvent. J'ai retrouvé ma moitié un peu plus tard, qui revenait tranquillement sur son dromadaire. Elle n'a pas du tout apprécié la balade et aurait préféré rester sur la plage.

Maroc_j7-2_205x307
Ce désaccord cumulé à la fatigue nous a valu une petite dispute, qui s'est terminée en gros dodo, une fois que nous n'avions plus d'énergie pour nous lancer des objets à la figure ou nous donner des coups. Cette fois ci en revanche, je crois que c'est moi qui ai choppé une insolation, j'étais totalement stone. Nous nous sommes réveillés vers 21h, encore une fois, par la faim qui nous tiraillait.

Nous sommes allé péter notre budget dans un resto à 100 Dirham le menu (10 euros, waou!) : Les Alizés. Truc hallucinant, on y a bu des bières (Casablanca Beer mieux que de la Heineken)! Le premier alcool depuis notre arrivée au Maroc! Ces bières ont vraiment été appréciées car contrairement en France où l'alcool est en vente partout, il flotte ici un petit air de prohibition comme dans les années 30 aux USA. Les 100 dirhams ont été bien dépensés, le repas était délicieux. J'ai adoré mon plat, un mélange de sucré/salé. Semoule, bœuf, poulet, oignons frits, cannelle et sucre glace! Délicieux! Le couscous de Michelle n'était pas en reste, elle a aussi beaucoup apprécié son repas! On s'est payé une bonne tranche de rire au resto avec un nouveau jeu : je donne un nom d'animal en français, si tu trouves pas la traduction en espagnol, je gagne un point. Que des animaux qui ont "un visage", pas de mollusque ou autres coléoptères. J'ai séché sur phacochère et cochon dinde, elle sur jument et crapaud. Score final 2 partout!