Maroc J8 - Retour à Marrakech

Pour la dernière fois, on a pris le petit dej sur la terrasse du riad en regardant la mer. Ensuite on est parti en speed, le cœur serré, sans se retourner. Laissant derrière nous une populace désolée, pleurant à chaudes larmes notre retour : "Noonnn! Nooo! Ne partez pas!". Le plus triste étant le gars qui tenait la petite épicerie de laquelle on avait épuisé le stock de chips gout fromage.

Maroc_j8-1_410x310
Arrivés à Marrakech, on a pris le taxi, qui nous a amené dans une ruelle pleine de trous, il y avait des travaux pour les égouts. On a sonné à une petite porte en métal, qui ne payait pas de mine et là, stupéfaction... Décor sublime, patio ombragé de couleur corail, tout y avait été placé avec gout au milieu duquel règne une énorme piscine en plastique bleu. Sérieusement, à part la piscine, c'est magnifique. Nous restons sans voix lorque nous découvrons notre suite : plus grande que mon appartement, et surtout, infiniment plus classe et luxueuse. Les murs patinés d'ocre et ornés de tableaux marocaines sont entrecoupés d'arches et de voutes orientales. Un énorme lit king size trône au bout du salon juste à coté d'une pergola, en face la cheminée. La sale de bain n'est pas en reste, la robineterie en cuivre travaillé contraste avec les tommettes couleur terre. Je crois que pour 50€ la nuit pour deux, petit déj inclus, c'est vraiment un bon prix. Détail ultime pour vous les filles, une piéce entière d'armoires éclairées de l'intérieur, avec des miroirs un peu partout!Un dressing de rêve !

Après nous être confortablement installé, nous sommes partis nous perdre dans les ruelles de la médina. Nous sommes passé dans le quartier des artisans, où nous avons pu voir des ébénistes tailler le bois, des ferrailleurs forger le fer et des tailleurs de silex tailler des silex. Nous sommes également tombés sur la mama qui préparait des espèces de galettes à la tomate et aux oignons. C'était super bon, ça nous a calé, et c'était très peu cher : 3 Dirham (30 centimes d'euro)! On s'est ensuite laissé entrainer dans les quartiers des tanneurs (où nous avons vu des tanneurs tanner des peaux, vous avez compris le principe). On a également découvert objet technique de précision, le fleuron de la technologie marocaine : le masque à gaz berbère. Oui parce que dans le quartier des tanneurs, bah ça sent assez fort(entre le sang séché, les boyaux et les os avant de récupérer la peau). On y sent constamment un petit filet de viande faisandée comme on en fait plus. Nous encore on a eu de la chance on a visité ça le soir, j'imagine qu'en plein cagnard, ça doit être bien pire. Donc bref, on nous a filé un petit bouquet de feuilles de menthe à nous mettre sous le nez pour pas trop déguster. La visite était sympa, bien que le principal but était de nous faire rentrer dans les magasins à la fin de la visite. On devait avoir des têtes de pigeons vu les prix qu'on nous a demandé, donc on a rien pris bien que j'étais à la recherche d'une sacoche en cuir.

Maroc_j8-2_550x825
On est retourné près de la place Jama el Fna, où on avait repairé un mec qui nous avait proposé une sacoche en cuir à 100 Dirham. Le souci par contre c'est que ladite saccoche était trop petite et en cuir de mauvaise qualité. La bonne saccoche elle, était vendue à 600 Dirham, soit 60 Euros, prix pour lequel on peut trouver une saccoche en cuir en France. A force de persévérance on à réussit à le faire baisser jusqu'à 200 Dirham, mais vraiment, on a usé et abusé de tous les arguments possibles et inimaginables. Il a bien fallu 15 minutes de négociations. Alors ça a ptet l'air marrant comme ça, mais je vous assure que ça décourage pas mal quand on se dit qu'il va falloir faire de même pour tout les objets que l'on va acheter si l'on veut en obtenir un bon prix. A vous dégouter de faire des achats en fait. Quoi qu'il en soit, je suis très content de ma sacoche, elle est en cuir super épais et fait tout juste la bonne taille pour faire rentrer le mini PC sur lequelle j'écris en ce moment! On dirait une vraie gonzesse en train de parler chiffon, c'est des trucs que m'a collé ma copine.